Pourquoi devenir directeur pénitentiaire ?

 

En quoi consiste ce métier ?

 

Responsable de la gestion d’un établissement, le directeur de centre pénitentiaire ( lien vidéo ) doit également en assurer la sécurité. De ce fait, il dirige les employés d’un centre pénitentiaire (personnels de santé, éducateurs, surveillants…), et coordonne l’action des équipes ayant pour mission de favoriser la réinsertion des détenus.

Sa fonction l’amène à échanger quotidiennement avec sa hiérarchie, les magistrats et les familles. De plus, il travaille en partenariat avec les services pénitentiaires d’insertion et de probation, qui aident les condamnés pour leur réinsertion et les suivent pendant leur mise à l’épreuve. Disponibilité, réactivité et capacité à gérer les situations de crise sont nécessaires à l’exercice de cette fonction.

 

Missions : Décision, animation et gestion

Les directeurs des services pénitentiaires mettent en oeuvre la politique définie pour la prise en charge des personnes faisant l’objet d’une mesure privative de liberté.

Cadres dirigeants au service de la loi, les directeurs des services pénitentiaires forment un corps chargé de l’encadrement supérieur des services pénitentiaires. Ils exercent les fonctions d’encadrement, de direction, de conception, d’expertise et de contrôle des établissements, circonscriptions et services de l’administration pénitentiaire chargés des personnes placées sous-main de justice et mettent en œuvre la politique définie à cet effet.

Ils exercent les attributions qui leur sont conférées par les lois et règlements pour l’application des régimes d’exécution des décisions de justice et sentences pénales.

Ils peuvent être appelés à exercer leurs fonctions en administration centrale. A ce titre et sous l’autorité du directeur de l’administration pénitentiaire, ils peuvent être chargés de la conception, de la mise en œuvre et de l’évaluation des politiques publiques entrant dans leurs missions.

 

Qualités : la rigueur et le goût de l’action au quotidien

Les directeurs des services pénitentiaires exercent des métiers qui requièrent des qualités diversifiées. Animés par le sens du service public, ils allient rigueur et goût de l’action, sens de la mesure et autorité, cohérence et réactivité. Femmes et hommes de communication, ils possèdent une grande capacité de dialogue et de réels talents de négociateur qui s’appuient sur un sens aigu du contact et de l’écoute.

 

Conditions d’accès

Le concours de directeur des services pénitentiaires (interne ou externe) est la voie principale d’accès à l’ensemble des fonctions de direction.

Les directeurs sont recrutés par deux concours distincts :

  • Le concours externe, ouvert aux candidats âgés de 45 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours, titulaires de l’un des titres ou diplômes (BAC+3) permettant de se présenter au concours externe d’entrée à l’ENA (Ecole nationale d’administration) ou justifiant d’un diplôme, d’un titre équivalent ou d’une expérience professionnelle dans les conditions prévues au décret n° 2007- 196 du 13 février 2007 ;
  • Le concours interne, ouvert aux fonctionnaires et agents de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent, de la fonction publique hospitalière, aux militaires, aux magistrats et aux agents d’organisations internationales justifiant de 4 ans de services publics à la date d’ouverture du concours.

 

Préparer le concours

Epreuves d’admissibilité

  • Question portant sur l’évolution politique, sociale, économique et le mouvement des idées depuis le XVIIIème siècle. Composition pour le concours externe, rédaction de note à partir d’un dossier pour le concours interne. Durée : quatre heures ; coefficient 4
  • Rédaction d’une note, à partir d’un dossier de trente pages maximums. Elle doit permettre de vérifier l’aptitude du candidat à faire l’analyse et la synthèse d’un problème, tout en appréciant ses connaissances en droit public ou en droit pénal/procédure pénale (au choix du candidat lors de l’inscription). Durée : cinq heures ; coefficient 5
  • Composition ou étude de cas dans l’une des matières suivantes (au choix du candidat lors de l’inscription) : * économie ; * sciences et ressources humaines ; * statistiques et mathématiques ; * criminologie et droit pénitentiaire. Durée : quatre heures ; coefficient 4

 

Epreuves d’admission

  • Entretien de recrutement. Il doit permettre d’apprécier les qualités de réflexion, la personnalité et les motivations du candidat. Les modalités diffèrent selon qu’il s’agit du concours interne ou externe. Durée : quarante minutes ; coefficient 9
  • Interrogation orale. Le but est ici de vérifier la maîtrise et la compréhension des principales données et problèmes portant sur l’une des matières suivantes (au choix du candidat lors de l’inscription) : * histoires et relations internationales depuis 1918; * sciences et ressources humaines (si matière non choisie à l’écrit); * finances publiques * droit public (si matière non choisie à l’écrit); * droit pénal ou procédure pénale (si matière non choisie à l’écrit). Durée : trente minutes, précédées de trente minutes de préparation ; coefficient 3
  • Epreuve orale de langue vivante étrangère, comportant la lecture et la traduction d’une partie d’un texte d’actualité ainsi qu’une conversation. Au choix : allemand, anglais, arabe littéraire, arabe dialectal, espagnol, italien, russe ou portugais. Durée : vingt minutes, précédées de vingt minutes de préparation ; coefficient 2

 

 

Laissez un commentaire